Thème #1 – Religion et spiritualité : idéalisation du corps et influence de l’espace.

La figure du christ, et précisément celle de « Jésus » dans la religion chrétienne fut et reste représentée comme celle d’un homme de type occidental. Cette perception du corps de Jésus fut assimilée – notamment  sous l’influence hitlérienne – à l’idéal aryen : un homme à la figure blanche et aux cheveux blonds.

Pourtant, cette conception est fortement controversée et ne suggère en aucun cas la réalité de ce qu’a pu être le physique du christ en son temps. A ce sujet, le sociologue Olivier Bobineau a récemment publié une bande dessinée (en collaboration avec l’illustrateur Pascal Magnat) ; L’EMPIRE : Une histoire politique du christianisme (2015). Olivier Bobineau revient notamment sur l’image faussement véhiculée d’un « Jésus juvénile », rétablissant une certaine vérité historique.

51ujl13wsfl-_sx362_bo1204203200_

Ainsi, la symbolique du corps christique, pur et angélique, influença profondément la représentation que l’on put s’en faire, notamment dans les arts. On pense tout d’abord aux icônes byzantines, à vocation éducatives ; suivant le principe d’iconodulie. (c’est à dire, l’idée, pour les croyants, d’intégrer et de juger nécessaire, la représentation humaine et picturale du christ au sein des édifices consacrés à son culte.)

Politiquement et socialement, les années 60-70 firent du christ le symbole du « jesus movement », utilisant sa figure comme celle d’un hippy éclairé, mettant en avant une sorte de nouvelle spiritualité dérivée du catholicisme.

L’image choisie en « en-tête » met en parallèle une icône byzantine classique du christ face à une illustration de Barry Godber pour la pochette d’album du groupe de rock psychédélique King Crimson, In the court of the Krimson King (1969). La figure du christ y est démystifiée, elle prend une tournure psychédélique, déplacée dans un décors irréel. Elle devient un symbole non plus religieux mais purement artistique, reflétant l’univers délirant du groupe de rock.

Ainsi, le christ, mais aussi d’autres figures divines ou  d’inspirations spirituelles s’inscrivent dans une démarche de mouvance et d’appropriation d’un corps comme symbole d’un message artistique dépassant le dogme.

life_jesus.png couverture du magazine « Life » (1972)

NT-169.jpg

La tentation de Jésus – illustration de Gustave Doré pour la Bible, ancien et nouveau Testament (1996)

nolaeasy.jpg

Extrait du film Easy Rider (scène finale) de Dennis Hopper (1969)

Scène du cimetière  : https://www.youtube.com/watch?v=uzAB9CDqZOg

 

latest.jpg

Représentation de Satan, extrait du film d’animation de Disney, Fantasia (1940)

Chanson « Atom Heart Mother Suite », extraite de l’album « Atom Heart Mother » des Pink Floyd (1970)

BD Manga « L’enfer en bouteille » par Suehiro Mahuro (version française 2014) : l’histoire d’un frère et d’une sœur adolescents reclus sur une ile déserte avec pour seul objet la Bible : tiraillés entre leur amour réciproque et les préceptes enseignés d’un livre qu’ils ne peuvent encore lire. Illustration d’un christ et écho au tableau d’Hippolyte Flandrin – Jeune homme nu assis au bord de la mer (1836) – (page 19) –

enfer-en-bouteille-couv

image1

Démystification du Christ par le groupe de Rock « Nirvana » dans le clip « Heart-Shaped Box » (1993). Réalisé par Anton Corbijn

paroles et traduction :

Heart-Shaped Box  (Boîte En Forme De Cœur)
She eyes me like a pisces when I am weak
Elle me regarde comme un poisson quand je suis faible
I’ve been locked inside your heart-shaped box for weeks
J’ai été enfermé dans ta boîte en forme de cœur pendant des semaines
I’ve been drawn into your magnet tar pit trap
J’ai été attiré dans ton piège magnétique de goudron
I wish I could eat your cancer when you turn black
Je souhaiterais pouvoir manger ton cancer quand tu deviendras noire
Hey !
Hé !
Wait !
Attend !
I’ve got a new complaint
J’ai une nouvelle plainte
Forever in debt to your priceless advice
Pour toujours en dette envers ton avis inestimable

Your advice
Ton avis
Meat-eating orchids forgive no one just yet
Les orchidées carnivores ne pardonnent personne pour le moment
Cut myself on angel hair and baby’s breath
Me coupant sur les cheveux d’ange et le souffle du bébé
Broken hymen of your highness I’m left black
Hymen brisé de ta grandeur, je reste noir
Throw down your umbilical noose so I can climb right back
Envoie-moi ton cordon ombilical afin que je puisse remonter

 

Depeche Mode – Personal Jesus (1990)

Paroles traduites :

{Jésus À Toi}

Ton propre Jésus à toi
Quelqu’un pour écouter tes prières
Quelqu’un qui s’en occupe
Ton propre Jésus à toi
Quelqu’un pour écouter tes prières
Quelqu’un qui est présent

Sentiment inconnu
Et tu es tout seul
En chair et en os
Au téléphone
Décroche le combiné
Et je ferai de toi un croyant

Prends ce qu’il y a de mieux après
Mets-moi à l’épreuve
Des choses sur ta poitrine
Que tu as besoin de confesser
Je délivrerai
Tu sais, je suis quelqu’un qui pardonne

Tends les mains et touche la foi
Tends les mains et touche la foi

Ton propre Jésus à toi

Sentiment inconnu
Et tu es tout seul
En chair et en os
Au téléphone
Décroche le combiné
Et je ferai de toi un croyant

Je délivrerai
Tu sais, je suis quelqu’un qui pardonne

Tends les mains et touche la foi

Ton propre Jésus à toi

 

 

David Lachapelle – La Cène (2003) : réappropriation du tableau de De vinci. Série photographique « Jesus is my Homeboy »

Lien vers la série : http://davidlachapelle.com/series/jesus-is-my-homeboy/

la-cene-david-lachapelle-600x439

 

Pascal Lièvre (plasticien) ; Vidéo clip d’un christ peint par Domínikos Theotokópoulos dit El Greco chante Marie avec la voix de Johnny Halliday.

capture-decran-2017-01-15-a-15-20-36

http://lievre.fr/marie/

Engagement anti cléricale du réalisateur et écrivain italien Pier Paolo Pasolini : « Pier Paolo Pasolini et l’Église ont eu une relation plus que compliquée. Durant sa carrière de réalisateur et d’écrivain, Pasolini a été à de nombreuses reprises poursuivi par des associations catholiques : il fut, entre autres, accusé de pornographie après la parution en 1955 de son roman Les Ragazzi, d’obscénité après la sortie du roman Une Vie violente en 1959 et d’insulte à la religion d’État lors de la sortie en salles de son film L’Évangile selon saint Matthieu en 1963″ extrait de l’article « Pier Paolo Pasolini : « L’Église doit passer à l’opposition » » sur le site https://comptoir.org/2016/09/14/pier-paolo-pasolini-leglise-doit-passer-a-lopposition/

paso-c3a9glise

extrait de son film « L’évangile selon Saint Matthieu » (1964) http://www.dailymotion.com/video/x99dpb_l-evangile-selon-saint-matthieu_creation

280x157-eaw

http://www.ina.fr/video/I04159006 : débat d’historiens autour du film (1997)

« Après la diffusion d’un extrait du film « L’Evangile selon Saint Matthieu » de Pier Paolo PASOLINI, Agostino Paravicini BAGLIANI, historien, et Michel del CASTILLO, écrivain, parlent des raisons du scandale provoqué par la sortie de ce film en Italie : l’humanité essentielle du personnage de Jésus, et le fait que PASOLINI soit homosexuel et maxiste. » source : ina.fr

 

DANIEL ARASSE : Entre dévotion et culture : fonctions de l’image religieuse au XVe siècle (1981) [article] Fait partie d’un numéro thématique : Faire croire. Modalités de la diffusion et de la réception des messages religieux du XIIe au XVe siècle. Actes de table ronde de Rome (22-23 juin 1979)

Article à propos de la représentation picturale des saints dans la religion chrétienne.

http://www.persee.fr/doc/efr_0000-0000_1981_act_51_1_1374

capture-decran-2017-01-15-a-16-09-21capture-decran-2017-01-15-a-16-06-33capture-decran-2017-01-15-a-16-07-12capture-decran-2017-01-15-a-16-08-43

 

La dissemblance des figures selon Fra Angelico

[article] – Georges Didi-Huberman

http://www.persee.fr/doc/mefr_0223-5110_1986_num_98_2_2879

A propos de l’artiste peintre : Guido di Pietro (1400-1455), en religion Fra Giovanni, Religieux dominicain, il a cherché à associer les principes picturaux de la Renaissance — constructions en perspective et représentation de la figure humaine — avec les vieilles valeurs médiévales de l’art : sa fonction didactique et la valeur mystique de la lumière.

capture-decran-2017-01-15-a-16-28-10capture-decran-2017-01-15-a-16-30-14capture-decran-2017-01-15-a-16-25-57capture-decran-2017-01-15-a-16-26-22

 

FILM : ROSEMARY’S BABY – Roman Polanski (1967)

extrait du synopsis : « Une nuit, Rosemary a des hallucinations et fait un cauchemar. Elle rêve qu’elle est violée par le diable en personne. Au réveil, Guy présente ses excuses pour lui avoir fait l’amour pendant qu’elle était inconsciente. Elle découvre peu après qu’elle est enceinte. »

Extraits d’un article du site ALTERINFO : »Le film de Polansky, « Rosemary’s baby » et la face sombre d’Hollywood », reprenant la thématique de la contre cutlure américiane des années 60-70 et du « jesus movement » évoqués précédemment

http://www.alterinfo.net/Le-film-de-Polansky-Rosemary-s-baby-et-la-face-sombre-d-Hollywood_a56055.html

« Ce vieux film (1968) de Roman Polansky est sans doute l’un des plus effrayants et sombre de l’histoire du cinéma. Bien plus terrifiant que la plupart des films d’horreur modernes, et ce sans recourir à des déluges d’effets spéciaux. Son secret ? Une histoire très malsaine sur fond de satanisme familial dans l’Amérique bon chic bon genre. Une réalité sombre qui s’ancre dans le quotidien d’une famille au dessus de tout soupçon,  que le réalisme rend encore plus machiavélique. »

« Bien que les articles de Vigilant Citizen ont généralement trait aux nouvelles sorties, un regard sur le passé est souvent nécessaire pour comprendre le présent. L’état de la  culture Pop Illuminati d’aujourd’hui n’est pas une tendance spontanée qui aurait surgit de nulle part. Au contraire, c’est le résultat d’années d’influences occultes sur l’industrie du spectacle et le conditionnement progressif des masses à certains messages et symboles. Bien que la culture Pop ait toujours été teintée du programme des Elites pour modeler les jeunes esprits, c’est pendant les années 60 et 70 que les larbins MK ULTRA et les sombres sociétés secrètes sont devenues visibles. La nécessité de réprimer les mouvements anti-guerre et anti establishment des années 60,  a forcé l’élite à infiltrer et manipuler la culture. Une série d’événements déstabilisateurs se sont produits, destinés à choquer les esprits idéalistes et les héros sont devenus des ennemis. Le « Peace and Love » des années 60 est devenu Charles Manson et le LSD dans les années 70.  »

« Même si certains considèrent Rosemary’s Baby comme rien de plus qu’un film d’horreur qui joue sur la sensibilité des dévots chrétiens et des jeunes mères, d’autres y voient la courageuse exposition par Roman Polansky de cette haute société et son esprit occulte. Cependant, beaucoup considèrent le film comme un manifeste occulte ouvrant une ère nouvelle. Le bébé de Rosemary est Aleister Crowley « enfant du nouvel Aeon », ou Horus le fils d’Isis – le porteur d’une nouvelle ère dans l’histoire du monde. Que ce soit intentionnel ou non, Rosemary’s Baby est apparut à l’aube d’une nouvelle ère et devenu une composante de cet important changement social.

« Le film est apparu à un moment de chaos spirituel optimum dans la vie américaine. Rosemary’s Baby reste une mémoire iconique d’un temps ou tout semblait possible, y compris la naissance de l’Anti-Christ. »
Gary Indiana, « Bedeviled », Village Voice

Rosemary est représentative de la société traditionnelle, et naïve, américaine des années 50/60, pleine d’idéalisme et d’espoir. Mais cet espoir a été vendu, drogué et manipulé par un culte caché (formé par des membres respectables et prestigieux de la société) pour donner de force naissance à une nouvelle ère. Des événements choquants ont laissé une marque indélébile dans l’esprit du public, y compris les morts mystérieuses de JFK, Marilyn Monroe and Martin Luther King ; meurtres horribles perpétrés par des boucs émissaires MK ULTRA, comme Charles Manson et le « fils de Sam » (ndlr : the Son of Sam, un « célèbre » serial killer US) qui causèrent beaucoup de peur et d’horreur. Ces événements ont giflés l’Amérique en dehors de ses idéaux et l’ont forcé à regarder une indéfinissable, mais désormais tangible, force qui influence la société. Les « complots » et autres dissimulations ont fait la une des journaux et les masses découvraient graduellement l’existence d’un gouvernement de l’ombre. La désillusion et le cynisme ont suivis, obligeant la société américaine à accepter ou ignorer la vraie nature de ses dirigeants. La société est devenue l’équivalent de Rosemary qui a appris la nature perverse de son bébé, mais accepte tout de même la responsabilité de le materner. La Pop culture d’aujourd’hui est simplement l’évolution de ce système. »

FILM : Last Days – Gus Van Sant (2005)
– Un film retraçant les derniers jours du chanteur Kurt Cobain avant son suicide en 1994, leader du groupe de rock des années 90, Nirvana. –
« Kurt Cobain ayant généré une véritable « idolâtrie » après sa mort, Gus Van Sant a choisi de multiplier dans le film les signes religieux : « imaginaire de l’ange, scénographies de l’apparition, intervention des mormons, murmure de prière…  »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s